top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurAnaïs Livet

La nudité du massé :


Lorsqu'on pense au massage tantrique, la nudité est souvent la première chose qui vient à l'esprit.

Être entièrement « nu/e », être entièrement « vu/e ». Un immense challenge pour beaucoup. Simplement se présenter devant l'autre en sous-vêtement peut être très compliqué.

Dès que l'on parle de nudité, c'est le ping-pong dans la tête : c'est gênant, complexant, humiliant...ou au contraire excitant, il faut montrer son corps si on en est fier et être certain qu'il aura de l'effet chez l'observateur... Et même si l'observateur n'est pas là en partenaire intime, il reste un être sexué qui doit bien porter un regard teinté de sexualité... non ? Que ce soit pour conclure que l'individu nu est attirant... ou pas du tout.


Le Tantra, et notamment le massage tantrique, amène à voir et toucher toutes sortes de corps. De tous les sexes, de tous les âges, de toutes les morphologies. Tous les corps sont beaux.

Façonnés par leurs histoires, ils racontent leurs vies. Un témoignage en sculpture, touchant, émouvant, qui raconte le scénario d'une vie, les épreuves, les émotions, le caractère qui s'en est forgé... un corps raconte avant tout sa puissance de Vie, parce que c'est lui qui tient et maintient à travers toutes les expériences, des plus belles aux plus difficiles, parfois les deux en même temps.


Mettez-vous nu/e et regardez-vous dans une glace. Remerciez-vous, remerciez-le, ce corps. Pour avoir fait tout ce qu'il a pu pour s'adapter, survivre, subvenir à tous vos besoins, vous suivre dans vos envies. Combien de fois avons-nous jugé notre corps ? Pas assez ceci, trop cela... alors qu'il est "simplement" la manifestation de tout ce qu'on est, tout ce qu'on a fait de ce que l'on a vécu. Combien de fois avons-nous pensé qu'il nous trahissait ? Alors que bien souvent, c'est nous qui le trahissons. Un corps n'abandonne pas facilement. Un corps eh bien... il tient jusqu'à la mort.


Alors l'honorer, ce corps, le reconnaître, reconnaître son immensité, sa force, sa beauté, lui dire : « Wow, tel que tu es, tu es la sculpture créée par la forge de mon histoire. Tu es vivant et magnifique. » c'est important. C'est la moindre des choses. C'est un premier pas, aussi.

Un premier pas vers plus d'amour de Soi, plus de joie dans sa vie.

L'honorer par un toucher conscient, doux, plein d'amour, de bienveillance, c'est une pratique quotidienne personnelle à mettre en place.

C'est aussi l'un des rôles du massage tantrique.


Il s'agit donc bien de redonner sa place sacrée au corps. On est loin de l'érotisme, loin de l'excitation, loin d'un regard sexuel porté sur un corps nu.

Selon le massage, le sexe peut-être massé. Même dans ces cas là, il ne s'agit en rien d'une pratique excitative, d'un massage érotique : il s'agit d'une part de débloquer les stagnations d'énergie, décristalliser les traumas... et d'autre part de redonner leurs places à ces organes sexuels souvent cachés, mis de côté, tabous. Ils sont tout aussi sacrés, et cela ne fait pas du Tantra, ou du massage tantrique, un culte à l'hyper sexualité. Les attentes sexuelles n'ont pas leurs places dans ce type de massage.

Il est parfois difficile de faire le tri, lorsqu'on vient avec son histoire, ses traumas, complexes, carences affectives, ses besoins sensoriels... il faut être clair avec soi-même : ressentir du plaisir pendant le massage peut être juste et tout à fait ok, mais venir dans le but d'être excité/e ne l'est pas. Le massage tantrique a tellement d'outils et de réponses pour aider nombre d'individus sur moult problématiques, il est dommage qu'il soit si incompris...

Se mettre à nu, c'est accepter de lâcher, aussi. Les préceptes de la bonne éducation, les complexes, le contrôle absolu... lâcher le mental, les peurs, les pensées qui décortiquent tout, les fausses croyances qui tournent en boucle.

Pour ressentir, il faut pouvoir lâcher et accueillir. C'est la seule façon d'entendre les messages du corps. Ou du moins, de les écouter avec plus de douceur que lorsqu'on fait la sourde oreille et qu'il finit par devoir hurler ses objections... pour qu'on joue les étonnés et qu'on lui reproche encore, de nous abandonner.... Le voyage commence là : lorsqu'on tombe l'armure, les armes, et qu'on s'ouvre à soi-même. Alors viennent les mémoires, les émotions, les demandes du cœur et ses réponses. Alors viennent les libérations de l'être, le souffle, la légèreté, la reconnexion à soi, le retour à la Vie.

205 vues0 commentaire
bottom of page